Huiles Essentielles

Huile Lavande

Déjà utilisée par les Romains dans l’Antiquité pour son parfum et ses qualités thérapeutiques, la lavande est aujourd’hui l’une des plantes médicinales les plus prisées en phytothérapie, notamment pour des problèmes de nervosité, digestifs ou articulaires.

Nom scientifique : Lavandula angustifolia

Noms communs : lavande officinale, lavande vraie, aspic, lavandin

Nom anglais : lavender

Classification botanique : famille des labiées ( Labiatae )

Formes et préparations : essences, huiles essentielles, décoctions, tisanes, poudres micronisées, gélules, alcoolatures, teintures, nébulisats
Propriétés médicinales de la lavande
Utilisation interne

Léger effet narcotique (coumarine) : insomnie, hystérie, troubles nerveux.
Effet anti-spasmodique, grâce aux esters que la plante contient.
Troubles digestifs : digestion difficile liée au stress ou à la nervosité, ulcérations.
Troubles respiratoires : rhume, asthme. Apaise en cas de vertiges.
Troubles cardio-vasculaires : calme un début d’angine de poitrine.
Traitement des migraines et céphalées.

Utilisation externe

Soulage certaines affections de la peau : eczéma, acné, brûlures légères, psoriasis, piqûres d’insectes.
Cicatrise et assainit les plaies et les ulcères.
Douleurs articulaires : entorses, foulures, contusions et rhumatismes.
Action antivenimeuse sur la morsure de vipère.
Antiparasitaire (poux) et vermifuge.

Indications thérapeutiques usuelles

Problèmes dermatologiques (bactéricide, antiseptique).
Douleurs articulaires et rhumatismales.
Irritation et/ou inflammation respiratoire.
Nervosité, anxiété, angoisse.
Insomnie : favorise l’endormissement.

Autres indications thérapeutiques démontrées

Bactéricide et antiseptique efficace, il assainit les plaies et les ulcères de la peau.
Antiparasitaire, il élimine les poux.
Neutralise le venin en cas de morsure de vipère.
Contribue à soulager les dystonies neurovégétatives.
Son huile essentielle est employée en massothérapie.

Histoire de l’utilisation de la lavande en phytothérapie

La lavande est originaire du bassin ouest-méditerranéen. Les Romains de l’Antiquité s’en servaient déjà pour parfumer les thermes et le linge. Sainte Hildegarde de Bingen, au XIIe siècle, lui donnait une place de choix dans sa pharmacopée naturelle et, à la même époque, on en faisait la culture dans les monastères pour ses propriétés thérapeutiques. Dès le Moyen Age, la lavande était employée en Provence dans la confection des médicaments et des parfums. A partir du XIXe siècle, cette plante aromatique a vu sa culture se développer dans plusieurs pays d’Europe ainsi qu’en Amérique. La région de Grasse, en France, constitue aujourd’hui la « capitale » de la lavande, en raison de sa grande production d’huile essentielle de cette plante, qui sert en phytothérapie mais aussi en parfumerie. Il en pousse également dans les pays suivants : Portugal, Espagne, Baléares, Somalie, Inde, Sahara et Australie.
Description botanique de la lavande

La lavande est un petit arbrisseau dicotylédone de la famille des Labiées (ou Lamiacées), qui mesure de 30 à 60 cm de hauteur ; ses branches sont fines et ligneuses et on retrouve des feuilles étroites et pointues à sa base seulement. Les fleurs de la lavande, d’un bleu tendre ou violacé et en forme de petites corolles, sont regroupées en épis terminaux et dégagent un parfum très agréable. Cette plante ne pousse que dans les terrains rocailleux, mais bien drainés, calcaires et ensoleillés. On en trouve dans toute l’Europe méditerranéenne, parfois même jusqu’à 1 800 m d’altitude, plus spécialement dans les Préalpes de Provence. Excellente plante mellifère, la lavande est très prisée par les abeilles.
Composition de la lavande
Parties utilisées

Les sommités fleuries constituent la seule partie prélevée sur cette plante.
Principes actifs

Acides phénols ; alcools terpéniques :linalol, géraniol ; alcool périllique ; coumarine ; ombelliférone ; tanins ; esters ; oxydes ; cétones ; aldéhydes.
Utilisation et posologie de la lavande
Dosage

– En poudre sèche micronisée (gélules) : 1 à 2 g par jour en trois prises.

– Extrait sec (gélules) : 200 à 400 mg par jour en trois prises.

– En infusion : 2 c. à thé dans 150 ml d’eau chaude. Jusqu’à 3 tasses par jour entre les repas pour contrer ou prévenir les problèmes digestifs et pour soulager la migraine, les vertiges ou un début d’angine.

– Alcoolature : pour les frictions locales dans le cas de douleurs articulaires (matin et soir).

– Pour assainir le cuir chevelu : en friction légère du bout des doigts, trois fois par semaine.

– En huile à massage : 2 à 4 gouttes par 60 ml de base neutre (par exemple, huile d’amande douce) pour soulager les douleursliées aux foulures, entorses et crampes musculaires.

– En inhalation : pour contrer l’insomnie et la nervosité, 2 à 4 gouttes versées dans un diffuseur ou 1 ou 2 gouttes sur un tampon de ouate placé dans un oreiller.
Précautions d’emploi de la lavande

Même si l’huile essentielle de lavande peut être appliquée directement sur la peau, il est recommandé de la mélanger à une huile de base telle que l’huile d’amande douce, lorsque la personne a une peau sensible ou très réactive (irritation, démangeaison).
Contre-indications

La lavande n’est pas recommandée aux personnes prenant des produits naturels ou médicamenteux à effet anticoagulant. Le lavandin ne convient pas aux femmes enceintes dans les trois premiers mois de leur grossesse.
Effets indésirables

On ne connaît pas d’effet indésirable connu relié à la lavande. Par ailleurs, certaines personnes réagiraient trop fortement à son effet narcotique, quoique léger.
Interactions avec des plantes médicinales ou des compléments

La lavande est incompatible avec les sels de fer et l’iode.
Interactions avec des médicaments

Ne pas consommer de lavande, en infusion ou autrement, en même temps que des médicaments anticoagulants (en raison de la coumarine qu’elle contient).

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer